Maël le Noguillard, ultra traileur baroudeur

14448910_10209202480393045_5120263179727973487_n

14449749_10209202472272842_7743232062675498562_n 14446016_10209202469912783_8943346951805775207_n 11207273_10153262797179659_2538481589187632141_n

Running.bzh est allé à la rencontre cet été de Maël le Noguillard, du Team Rider Tattoo. Ce Rennais de 38 ans court depuis 4 ans seulement et c’est pourquoi il fallait s’arrêter quelques instants sur Maël. Avec un passé très court de trailer (et ultra traileur, 35ème par exemple sur le GRP), le rennais baroudeur se ballade partout en France à la recherche de compétitions. C’est une des figures du trail breton qui représente bien sa région à chaque fois qu’il prend le départ d’une course de montagne.

« Je ne sais pas si on peut dire que je me ballade beaucoup en France pour courir mais dès que l’occasion se présente je n’hésite pas je fonce… J’ai besoin de changement, de rencontre, de m’évader, de découverte, de me retrouver là-bas seul ou entre copains... »

As tu as fait le tour des courses en Bretagne pour partir à la rencontre des sommets ?

« Non je n’ai pas fait le tour des courses en Bretagne loin de là et j’en ai découvert une belle cette année « La Thonnerieux » (février dans le 29 – 100 miles), une course magique du pure bonheur. Et il y en a plein d’autres par chez nous… »

Alors tu cherches autre chose ?

« je me sens libre, en paix en montagne, je ne sais pas c’est difficile à expliquer mais je sais que beaucoup vont comprendre ce que je veux dire. Après je retrouve un peu les même sentiments quand je pars tout seul sur le GR en bord de mer, cette liberté recherchée. »

Tu t’entraines désormais avec quelqu’un, pourquoi cette prise de coach ?

« Oui, Thierry Dehais. J’ai fini mon année 2016 fatigué mentalement mais c’est là aussi où j’ai fait mes premiers tops 10 puis un podium avec David Pasquio à Rédéné en décembre. Arrivé en janvier je me suis dit vas-y doucement. Mais j’ai enchainé des bornes et des bornes à l’entrainement et ça a payé au Glazig mais la fatigue était là. J’ai donc fait la coupure comme il se doit mais début mars j’avais La Thonnerieux et je voulais un podium sur cet ultra alors j’ai repris rapidement et je l’ai ressenti de suite avant de prendre le départ, j’ai tout fait à l’envers complètement, j’étais à côté de la plaque. Ce qui n’empêche pas ce podium. J’étais heureux et je savais que ça ne pouvait pas continuer comme ça. Le samedi donc podium sur Ultra Thonnerieux et le lundi un petit mail de La Réunion pour me dire que j’étais pris pour la Diagonale. Je crois que dès le lundi soir j’appelais Thierry pour lui demander si il voulait bien m’accompagner dans cette aventure qu’est LA DIAGONALE. J’ai envie de la vivre à 100% et ne pas être dans le doute, arrivé fatigué ou faire tout à l’envers comme ça a pu m’arriver. En gros j’ai compris que j’avais besoin de structure d’entrainements si je voulais avancer sereinement et Thierry a répondu présent et je l’en remercie du fond du coeur. »

Comment sens-tu l’esprit du trail en Bretagne ?

« Je ne suis pas du style à me prendre la tête et cet esprit je le retrouve dans ce milieu. J’en parlais l’autre jour avec un pote et on se disait c’est à moitié punk comme état d’esprit c’est cool. Donc je trouve ça punk – lol ».

Coup de gueule ?

« J’en aurais qu’un qui me concerne, c’est ma 2eme place sur le BUT où j’ai eu l’impression de la voler quand j’ai lu les articles le lendemain, je trouve ça dommage mais c’est comme ça. Ça m’a blessé mais je m’en fous je sais le boulot que j’ai fait pour y arriver sur ce podium. »

Coup de coeur ?

« A tous ceux qui sont là aujourd’hui et qui m’ont accueilli parmi eux, à ma team la Team Rider Tattoo, mon coach, amis, bénévoles, organisateurs etc… »

Pourquoi la Diagonale des Fous fin octobre ?

« J’en entendais parler avant même que je cours et aujourd’hui c’est mon tour d’y aller je le sais je le sens. C’est un rêve, un cauchemar je n’en sais rien mais je vais kiffer cet ultra et me le prendre pleine gueule. Un jour sur un stage organisé Christophe Faligon (ex YaNoo), où j’ai fait la rencontre d’ailleurs de Christophe Malardé et Karine Pasquier, Christophe Malardé m’avait dit « toi tu t’arrêteras quand tu seras les 2 genoux à terre » alors c’est peut être ça que je vais chercher sur la diagonale. Et je veux le vivre avec ma famille , ma maman, ma tante, mon frère c’est important qu’ils soient là-bas pour moi. »

Objectif chrono ?

« Un rêve moins de 35h et je m’en sais capable si je fais ce que je sais faire et que j’écoute Thierry. Mais finir je serais déjà content. »

Autofinancement ou cagnotte participative ?

« Ce sera autofinancé car j’ai cherché un peu à droite à gauche et eu plusieurs refus. J’ai aussi commencé à mettre en place un dossier de cagnotte participative mais ça m’a sorti de ce que j’aime, je veux courir et m’amuser, pas me prendre la tête à gérer ça et oublié pourquoi je cours, « ÊTRE LIBRE ». Donc j’ai clôturé le dossier. J’ai ma team qui est là et qui m’aidera comme elle peut et aussi des collègues de boulot qui ont lancé une cagnotte pour moi. Je les en remercie énormément. Voilà je sais qu’il y a du monde qui est la derrière moi, on verra bien comment sera le porte-monnaie en revenant – lol. »

Pour info, le budget nécessaire pour la Diagonale : 2500 à 3000€ décomposé comme ceci :

Avion 800€

Hébergement + voiture 500€

Équipement (chaussures, textile, nourriture etc… ) 1000/1300€

Vie sur place 300€

Dossard 170€ »

SI vous souhaitez aider Maël, contactez le via facebook ou via running.bzh.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*